Les alternatives végétales changent un coup dur en masterclass

Et c'est grâce à l'entraide !
mis à jour il y a environ 2 mois
par AdrienAvatar de Adrien

Dans un récent épisode du paysage alimentaire français, un décret gouvernemental a secoué l'industrie des alternatives végétales. Mais plutôt que de flancher face à l'adversité, plusieurs marques françaises ont transformé ce coup dur en une véritable masterclass d'entraide et d'innovation. Revenons sur cet événement et examinons comment ces entreprises ont su se démarquer et surmonter les obstacles avec détermination et créativité.

Retour sur les faits

En 2022, le terme "steak végétal" était sur le point de disparaître suite à un décret. Le Conseil d'État a finalement suspendu ce décret, jugé trop vague. Cependant, un second décret plus précis est ensuite apparu début 2024, interdisant aux alternatives végétales d'utiliser des termes spécifiques de l'univers de la boucherie et de la charcuterie, comme "steak", "saucisse", "lardon", etc. Le 27 février 2024, cette interdiction est validée.

Un problème majeur pour les marques françaises

Une problématique se pose alors : seul le marché français est impacté par ce décret. Les entreprises étrangères, comme BeyondMeat, peuvent continuer à utiliser ces termes sans souci. Face à cette injustice, les marques françaises La Vie, Accro, Heura et Happyvore décident de faire front commun. Elles lancent des campagnes de communication pour informer le public et tournent le décret en dérision. De plus, elles mènent un lobbying complexe et coûteux pour tenter d'infléchir la décision gouvernementale.

Une victoire collective des acteurs du végétal

Le 10 avril 2024, c'est la victoire : le décret est à nouveau suspendu par le Conseil d'État. Les quatre entreprises décident alors de capitaliser sur cette réussite en lançant une superbe campagne de publicité commune. Cette campagne, diffusée à travers la presse, les réseaux sociaux et le métro, leur offre une exposition massive, rétablissant ainsi leur visibilité sur le marché.

Une leçon pour les entreprises à impact

Cette histoire nous enseigne une importante leçon : les véritables concurrents ne sont pas ceux qui partagent les mêmes valeurs, mais souvent les acteurs traditionnels qui détiennent une part prédominante du marché. Cette situation souligne également l'importance de l'entraide et de la solidarité entre entreprises face à des défis réglementaires et concurrentiels. C'est un exemple très parlant de coopétition.

Un dénouement juridique à suivre

Cependant, il est essentiel de noter que la suspension du décret est principalement due à des considérations juridiques. En effet, la France ne peut pas statuer seule sur l'étiquetage des denrées alimentaires, cette compétence étant une prérogative de l'Union européenne depuis 2011. Ainsi, le Conseil d'État a saisi la Cour de justice de l'UE pour obtenir un avis sur cette question. L'affaire reste donc à suivre pour déterminer quel acteur sera finalement le dindon de la farce !

Cette histoire illustre parfaitement la puissance de la solidarité et de la créativité dans le monde des affaires. En surmontant les défis avec détermination et en faisant preuve d'ingéniosité, les entreprises françaises d'alternatives végétales ont non seulement préservé leur place sur le marché, mais ont également inspiré d'autres acteurs à suivre leur exemple. En fin de compte, c'est une leçon précieuse sur la manière dont la collaboration et la résilience peuvent transformer les obstacles en opportunités, même dans les moments les plus difficiles.

Partager l'article :

On lance la newsletter Bifurk !
3 projets par semaine, les nouveautés en avant-première, des surprises... 🤫
Suivre Bifurk